The news is by your side.
ban-enicem

Affaire Ousmane Gaoual et Cie : Le collectif d’avocats maintient le boycott

47

Alors qu’il a suspendu sa participation dans l’affaire d’Ousmane Gaoual, Cellou Balde, Étienne Soropogui et Cie dans et accuse la justice d’être au service du ministère public, le collectif des avocats de la défense représentés par maître Salifou Beavogui et maître Thierno Souleymane Barry, a animé une conférence de presse ce mercredi à la maison de la presse de Kipé.

Au cours de cette rencontre avec les journalistes, maître Salifou Beavogui, membre du collectif a d’abord dénoncé les conditions dans lesquelles la procédure se déroule, ensuite la soumission de leurs clients à des séances d’interrogatoire sans la présence de leurs avocats et l’interdiction de l’accès des avocats à leurs clients.

« Le 09 février 2021, le collectif ayant en charge la défense des honorables Ousmane Gaoual Diallo, Cellou Balde et Mr Étienne Soropogui, Ibrahima Cherif Bah  et plusieurs autres a relevé avec regret le caractère fallacieux des chefs d’accusation, des arrestations arbitraires prolongées et de surcroît la violation répétée et intolérable des droits de la défense. À la suite de ce constat, le collectif a su relevé qu’il ne faisait plus l’ombre d’aucun doute que notre justice plus soucieuse de satisfaire aux réquisitions du ministère public qu’à la manifestation de la vérité entraîne inévitablement l’opinion nationale et internationale faire une parodie de justice que le collectif ne saurait en aucune manière cautionner. En réalité, le collectif ne saurait s’associer a une procédure judiciaire déjà piégé précédent à un procès inévitable dans lequel le collectif estime que les peines à distribuer sont déjà programmées. », a indiqué l’avocat de la défense

Selon maître Beavogui, « c’est pour toutes ces raisons que par un courrier en date du février 2021 adressé au pool de justice en charge du dossier au tribunal pour enfants le collectif a décidé de suspendre sa participation à toutes les procédures du genre jusqu’à ce que les conditions d’un procès juste et équitable garantissant les droits de la défense soit réuni »

Et pourtant l’absence du collectif des avocats ne semble pas freiner la tenue de la procédure car Ousmane Gaoual et Cie étaient face aux juges ce lundi dernier et ont préférés garder le silence sur instruction de leurs avocats. Le collectif regrette que le tribunal pour enfants ait organisé ce procès sans la présence des avocats.

« Le collectif a relevé avec regret que le tribunal pour enfants a organisé le procès une vingtaine de nos clients mineurs et distribuer des peines et des libérations à sa guise. Plus grave, au même moment, le pool des juges d’instruction extrait nos clients pour les soumettre à des interrogatoires au fond, sans avocat, même commis d’office alors que les faits poursuivis sont de nature criminelle », déplore maître Salifou Beavogui

Depuis l’annonce de la suspension de leur participation dans la procédure, le collectif des avocats peine à rencontrer leurs clients de la maison centrale. Pour le collectif, cette interdiction est contraire au respect des règles des droits de la défense

« L’avocat a tout moment doit librement communiquer avec son client dans le cadre de mieux préparer sa défense. Toute restriction  allant dans le sens d’une quelconque interdiction entre avocat et client est réputée non écrite et est contraire au respect des règles des droits de la défense. », Justifie l’avocat

D’après maître Salifou Beavogui, c’est suite à la constatation de tous ces manquements, qui selon lui, portent gravement atteinte aux droits les plus élémentaires de leurs clients que le collectif a décidé de maintenir sa suspension jusqu’à obtenir une satisfaction

« Tout en se réservant le droit de revenir dans la procédure dont les conditions des lors que les conditions seront réunies. Pour le moment maintient sa suspension dans les procédures d’instruction préparatoires dirigées dans le dossier cité plus haut. Nous estimons qu’avec ce cris de cœur, les règles des procédures seront mieux respectées et nous pouvons revenir pour mieux défendre nos clients, espère le membre du collectif des avocats de la défense

Mamadou Aliou Diallo

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
À LIRE AUSSI
English English Français Français