The news is by your side.
ban-enicem

Récentes violences à Labé: les vérités crues de l’Inspecteur Régional de la Ligue Islamique à une délégation gouvernementale.

25

Face aux violences qui ont secoué la ville de Labé les dernières semaines, l’imam de la grande Mosquée de Labé, également inspecteur régional des Affaires  religieuses  a exprimé  une colère à une délégation gouvernementale, allée rencontrer les sages de la ville. Elhadj Badrou Bah a mis l’occasion à profit pour lancer un message aux ministres, originaires  de la moyenne Guinée.

?Vous les ministres du gouvernement, natifs du Foutah, vous êtes avec le Président de la République. Il a mis à côté de lui des personnes de chaque région pour que chacun dise ce qui se passe dans sa localité. Si des mauvaises choses de ce genre se passent au Fouta, vous devriez dire la vérité au président de la République, dire que cela ne doit pas se passer » a lancé le sage, avant d’ajouter qu’il faut toujours dire la vérité, même si c’est au prix de son poste.

L’inspecteur régional des Affaires Religieuses de Labé soutient que  ce qui s’est passé à Labé le dépasse.

« N’ayez pas peur de perdre vos postes en disant la vérité. Si non nous allons vous en vouloir. Ce n’est pas une histoire de régionalisme. Ce qui s’est passé à Labé nous  dépasse.  Personnellement j’ai envoyé une délégation des muezzins pour aller chercher l’ambulance afin qu’on prenne le corps du jeune tué. Des forces de l’ordre arrêtent l’ambulance et tuent le chauffeur », a-t-il  déploré.

Comme si toutes ces violences ne suffisaient pas, les forces de l’ordre n’ont pas épargné même les religieux.

« Ils ont pris un imam. Ils  lui ont retiré ses téléphones et l’empêché d’aller à la prière. C’est vraiment grave ce qui s’est passé ».

Après cette petite histoire des exactions dans la ville de Labé, l’Inspecteur régional s’est adressé en toute sincérité à la délégation gouvernementale.

« Je vais vous dire ceci : Nous devons nous dire la vérité en face. Actuellement dans les médias, on ne parle que des manifestants, des forces de l’ordre, des tueries et des violences. Cela n’honore pas notre pays », a insisté Elhadj Bah.

Nous voulons tous de la paix, mais c’est le gouvernement qui doit protéger tous les citoyens. Et pour cela, il faut que les auteurs des tueries et des destructions soient identifiés et condamnés, a conclut le grand imam, devant quelques ministres, dont Mamadou Taran Diallo de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté, Mouctar Diallo de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, Général Bouréma Condé de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, Thierno Ousmane Diallo du Tourisme et de l’Hôtellerie et Ali Jamal Bangoura Secrétaire Général des Affaires Religieuses.

Sanoussy Bantama Sow, Ministre des Sports de la Culture et  du Patrimoine Historique, lui s’est limité à Mamou.

 

Siradio Kaalan Diallo

Tel : 622 56 62 43

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
À LIRE AUSSI
English English Français Français