The news is by your side.
ban-enicem

Le FNDC appelle ses partisans à de nouvelles manifestations les 28 et 28 janvier sur toute l’étendue du territoire national

46

Les membres du FNDC ont durcis le ton vendredi avant d’annoncer  leur volonté de vouloir empêcher la tenue des élections législatives du 16 février prochain.

Le leader de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, a relevé, en la stigmatisant, la stratégie anti-démocratie du président Alpha Condé à tirer en longueur son mandat au-delàà de 2020.

Selon M. Diallo, les manœuvres des partisans du pouvoir consistent à conduire au parjure dont le président Alpha Condé a décidé pour avoir refusé d’obtempérer au consensus qui a été traduit dans la loi fondamentale du pays.

« Si M. Alpha Condé veut la paix, mais qu’il renonce au parjure et à la violation de son serment, respecter le consensus qui a été traduit dans la loi du pays. En ce moment, il n’aura plus de conflit. Mais, le président ne trouve la paix que dans les conflits. Lorsqu’il n’y en a pas, il les crée. Nous allons lui barrer la route pour les empêcher de mettre en œuvre leur projets. », a-t-il déclaré.

Face à la situation relative aux violences survenues à Labé, le chef de file de l’opposition a fustigé le comportement des autorités et a exhorté les citoyens à poursuivre le combat avec une détermination sans faille quel que soit le prix à payer.

La commission nationale indépendante (CENI) a publié la liste des partis politiques en lice au nombre d’une trentaine de partis censés prendre part au scrutin du 16 février, alors que les principaux partis politiques mêmes du FNDC ont annoncé vouloir boycotter ou empêcher la tenue de ces élections.

Par ailleurs, Sidya Touré a flétri la volonté du pouvoir à procéder au couplage des élections législatives et le référendum proposé par le gouvernement. Un acte que M. Touré a qualifié comme une façon de mettre l’huile sur le feu face au risque que cela pourrait déclencher dans le pays.

Cependant, dans sa déclaration, le coordinateur général de FNDC, Abdourahame Sanoh, a lancé un appel à ses partisans à assumer la responsabilité en répondant massivement à la résistance à travers les manifestations prévues les mardi 28 et mercredi 29 janvier prochain sur l’ensemble du territoire national contre le troisième mandat.

Pour rappel, le Ghanéen Ibn Chambas est attendu ce week-end en Guinée pour tenter de rapprocher les deux parties pour une sortie de crise.

 

Facély Diawara

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
À LIRE AUSSI
English English Français Français