The news is by your side.
ban-enicem

Cellou Dalein Diallo : « Ils ont refusé aux victimes du FNDC le droit de prier à la Grande Mosquée Fayçal »

21

Les responsables du FNDC accompagnés par certains leaders politiques ont procédé ce vendredi à l’inhumation des huit victimes des manifestations des 4 et 14 novembre dernier contre un éventuel troisième mandat en Guinée.

La lavée des corps de ces victimes a eu lieu à 11 heures à l’hôpital de l’amitié sino-guinéenne de Kipé. Une centaine de jeunes, aux côtés des familles éplorées, ont suivi le cortège funéraire jusqu’au niveau de la mosquée de Bambeto où s’est tenu la prière funéraire après la grande prière du vendredi. Une heure plus tard, l’inhumation au cimetière du nom du même quartier dans la banlieue de Conakry.

Interrogé par Conakryinfos, le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo a flétri les assassinats récurrents des jeunes à la fleur de l’âge en marge des manifestations du FNDC avec un bilan qui, selon lui, remonte à 25 victimes au cimetière de Bambeto.

« Je suis triste pour mon pays de voir que ces assassinats récurrents des jeunes gens à la fleur de l’âge qui n’ont rien fait. Et personnes d’entre nous, ni les organisateurs ne seront interrogés pour savoir dans quelles circonstances ils sont morts. », a-t-il déclaré.

En outre, M. Diallo a dénoncé la décision unilatérale des autorités face à ces victimes qui ont droit de bénéficier des prières funéraires à la Grande Mosquée Fayçal de Conakry.

« C’est triste ! On dirait que tout ce que le FNDC a fait pour faire fléchir la pression aux autorités pour qu’elles acceptent qu’on prie les corps à la Grande Mosquée. Ils n’ont pas voulu/ C’est la plus grande mosquée, c’est même la mosquée nationale. Voyez beaucoup de gens n’ont pas prier parce qu’ils croyaient ne pas croire contenir la petite mosquée de Bambeto. Ce droit leur a été refusé (…) », a déploré le président de l’IUFDG.

Cette journée d’hommage aux huit victimes des manifestations du FNDC a été marquée par la colère des jeunes qui ont régné en maîtres au grand carrefour de Bambeto, où ils ont incendié la voiture d’un militaire en uniforme.

 

Facély Diawara

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
À LIRE AUSSI
English English Français Français