The news is by your side.

CNT : Les Conseillers adoptent le Programme de référence intérimaire (PRI)

les Annonces 224
71

A l’occasion de la plénière de ce jeudi 15 décembre 2022, les conseillers nationaux du CNT ont examiné et adopté à l’unanimité le Programme de Référence Intérimaire (PRI).

Ainsi adopté, le PRI va « fixer le cap des actions publiques sur la période 2023 – 2025 soumis par le gouvernement de transition à travers les ministères de l’économie et des finances, du plan et de la coopération internationale.

Ce programme qui tire ses origines des fondements de la charte de la transition du 27 septembre 2021, déroule, entre autres, la feuille de route du Gouvernement en une sorte de plan d’actions opérationnel cohérent touchant tous les secteurs et définit un cadre de suivi et d’évaluation de la mise en œuvre de ces actions

Il a pour objectif global, de donner une vue d’ensemble et détaillée du chemin à parcourir ainsi que des actions concrètes à poser, de façon à contribuer efficacement à la réalisation pleinement aboutie des missions de la Transition, telles que définies dans la charte pour une Guinée plus résiliante aux facteurs de fragilité politique, économique, sociétale et environnementale.

Le PRI tourne autour de cinq (05) chapitres à savoir le chapitre sur l’analyse situationnelle, celui sur la stratégie d’intervention, un autre sur la description des axes, le 4èmesur la mise en œuvre, suivi, évaluation et analyse des risques et le dernier sur le cadre opérationnel du PRI 2022-2025.

Il sera mis en œuvre sur trois (3) phases dont la phase refondation, la phase, celle de la consolidation et une troisième sur l’achèvement.

Selon le rapport de la commission du Plan, des Affaires Financières et du Contrôle Budgétaire précise que le coût global de réalisation du PRI est estimé à 108.000 milliards GNF, soit 12.273 millions de dollars US.

Pour le bon suivi et l’évaluation correcte du PRI, un mécanisme participatif impliquant aussi bien l’administration publique que la société civile et le secteur privé, sera mis en place pour le suivi et l’évaluation du PRI conformément à la matrice des indicateurs et des cibles de résultats élaborée et présentée en annexe, précise le document.

En prenant la parole, la conseillère Fatima Camara souligne que le Programme de Référence Intérimaire qui est un véritable ‘’vade-mecum transitionnel’’ permettra de : dérouler la feuille de route du Gouvernement en une sorte de plan d’actions opérationnel cohérent touchant tous les secteurs ;définir un cadre de suivi et d’évaluation de la mise en œuvre de ces actions ;dispose d’un référentiel unique pour l’allocation des ressources budgétaires ;se dote d’un support de dialogue avec les partenaires au développement « .

Selon Dr Dansa Kourouma, président du CNT, «le gouvernement et le CNT doivent s’entendre sur la possibilité d’évaluations à mi-parcours ; l’atteinte des cibles de résultats ne doit pas attendre la fin du PRI en 2025 ».

Par ailleurs, le rapport de la commission de fonds du CNT, les conseillers qui disent se préoccuper du mode d’évaluation du programme, de son délai d’exécution ainsi que de la mobilisation des ressources internes et externes, en cette période d’austérité économique, recommandent :

– la limitation de l’octroi d’agréments relatifs à la production des eaux minérales afin de lutter contre la pollution des déchets plastiques ;

– invite le gouvernement à la relance du secteur de l’apiculture, au renforcement des capacités des organisations des producteurs (Agro- sylvo- pastoral et halieutique) ;

– appellent à la finalisation dans les meilleurs délais des infrastructures déjà entamées ;

– exhortent le Gouvernement à la prise en charge médicale spécialisée (dermatologique et ophtalmologique)des personnes atteintes d’albinisme, ainsi que la facilitation d’intégration à la fonction publique des personnes handicapées et atteintes d’albinisme ;

– recommandent au Gouvernement la diligence dans l’élaboration de la politique nationale d’emploi et la prise en compte de la loi sur la fonction publique locale ;

– se préoccupe de la non-prise en charge de la situation particulière des personnes vivant avec un handicap, dans la mise en œuvre des projets d’infrastructures publiques notamment des rampes d’accès ;

– encouragent le Gouvernement à mettre en place un mécanisme de facilitation d’accès aux crédits dans les banques et/ou dans les structures de micro finances en faveur des artisans ;

– invitent l’ACGP a plus de diligence dans le traitement des dossiers ;

– sollicitent le transfert du contrôle de qualité des eaux minérales dans les compétences du département de l’hydraulique et renforcer la réglementation de la production des eaux minérales ;

– demande la construction d’un centre de formation de petits métiers dans la zone spéciale de Conakry dans le cadre du projet de construction du village artisanal;

– exhorte l’intégration dans le PRI, d’un projet d’identification, de construction, de sécurisation et d’embellissement des cimetières de Conakry et de l’intérieur du pays ;

– recommande le renforcement de la capacité d’action de la Direction Générale des Guinéens de l’Étranger ;

– encourage la poursuite des travaux de construction et de réhabilitation des maisons des jeunes ;

– invite le Gouvernement à veiller sur la bonne exécution de ce programme.

 

Mohamed Sylla

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email
À LIRE AUSSI
English English Français Français